Découverte d’une inscription peinte : une véritable étiquette commerciale.

Un col d’amphore en provenance de Bétique (Espagne du sud) a été découvert dans la couche de recouvrement de l’épave.

© Ethel Bouquin

Celui-ci présentait de nombreuses inscriptions peintes qui ont livré de précieux renseignements sur la nature du produit transporté, la qualité, la quantité et également sur l’identité du négociant, un certain Lucius Urittius Verecundus
On peut ainsi lire :
Ligne 1 : LACC[…] que l’on peut interpréter comme Laccatum. L’identification du produit demeure incertaine ( A. Tchernia 1967, p. 226 ; U. Ehmig 2009, p.74). Cette forme d’amphore, qualifiée de Beltran IIB ou Pélichet 46, contient le plus souvent des conserves de poissons. Pourtant le dictionnaire le Gaffiot renvoie ce terme à une inscription (C.I.L IV, 5642) mentionnant du « laccatum° et tinc(tum) vet(us) » c’est à dire du vin teinté et vieux. Doit-on y voir par conséquent une amphore au contenu polyvalent (vin et/ou sauce de poissons) ou tout simplement un palimpseste ?
Ligne 2 : E[…] Par comparaison la tentation est grande de développer par E(xcellens)
Ligne 3 : Sumaur() Critère de qualité, un premier choix que l’on pourrait comparer avec beaucoup de prudence à « summum » ou pourquoi à « must »
Ligne 4 : AAAA  Les quatre A signifie 4 ans d’âge
Ligne 5 : CCLXXXXV Le chiffre 295 correspond au poids de l’amphore pleine c’est-à-dire 295 x 0,327 livre  = 96,46 Kg
Ligne 6 : L.URITTI.VERECUNDI Le négociant Lucius Urittius Verecundus .

Nous savons, notamment grâce à Bernard Liou, que depuis l’époque claudienne la famille gauloise des Uritti, officiait en Narbonnaise en tant que  négociants en produits de Bétique (Colls et alii 1977, p. 74°). Plus tard, à l’époque flavienne (fin Ier s.), 9 amphores de Bétique découvertes à Mayence et une autre localisée à Augusta Rauricum (Suisse) portent encore le nom des URITTI : il s’agit ici de notre négociant, Lucius Urittius Verecundus. L’interprétation des inscriptions peintes primaires et secondaires, réalisée par S. Martin-Kilcher, nous apprend que ce dernier commercialisait des produits de Bétique – tels que le thon (cordyla) et ce fameux laccatum –  jusqu’à la province rhénane de l’Empire romain. (Martin-Kilcher 2002). Si les Uritti semblent disparaître au IIème siècle, il est intéressant de noter qu’une stèle funéraire datée de cette période et érigée par un certain L.Urittius Avitus a été retrouvée dans la région d’Arles (Gascou 2000, S. Martin Kilcher 2002).  Peut-on y voir le petit fils de notre négociant ? Compte tenu du suivi commercial de ces amphores sur d’aussi longues distances, il n’y aurait rien d’étonnant à ce qu’un proche collaborateur des Uritti se soit installé dans cette zone de rupture de charge que constitue Arles. Il faut espérer découvrir d’autres inscriptions peintes et, pourquoi pas, une nouvelles stèle funéraire concernant cette famille…

Bibliographie indicative :

Colls et alli 1977, L’épave Port Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude,  (Archaeonautica I), Éditions du CNRS.
Gascou 2000, Le gentilice Urittius, fans Zeitschr. Papyriologie und Epigraphik, 130, p. 223-237.
Martin-Kilcher 2002, Lucius Urittius Verecundus, négociant à la fin du Ier siècle, et sa marchandise à Mayence dans Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens (Archéologie et histoire romaine, 8), Éditions Monique Mergoil, p. 343-353.
Tchernia 1967, Les amphores romaines et l’histoire économique, Journal des savants, 1967, vol. 4, n° 1, p. 216-234.
Ulricke 2009, Le cas de quelques inscriptions peintes dans César, Le Rhône pour mémoire, 2009, p. 274-276.

Objectif n°2 pratiquement atteint

Le deuxième objectif de la mission 2010, qui portait sur la fouille et le relevé de l’extrémité du caisson présumé qui contenait la cargaison de pierres calcaires, a pratiquement été atteint. En continuant de dégager la partie sommitale du demi-tronc monoxyle constituant le flanc bâbord (situé côté berge) ainsi que les pierres attenantes constituant la dernière couche du chargement, nous sommes finalement arrivés à atteindre l’extrémité de ce chargement et à trouver la fermeture du caisson. L’hypothèse que nous avions émise, il y a deux ans, de l’existence d’un caisson destiné à recevoir et à contenir la lourde cargaison de pierres est en effet validée par la découverte, exceptionnelle, de la planche de fermeture de ce dispositif dans la partie avant.

CNRS/CCJ, Ch. Dirand
CNRS/CCJ, Ch. Durand

Cette pièce, de 3,6 cm d’épaisseur, est encastrée, de façon verticale, dans une glissière pratiquée sur le dos d’une courbe elle-même fixée au moyen de clous dans le flanc du bateau. Nous manquons cependant à présent de temps pour étendre le sondage, comme nous souhaitions le faire, sur toute la largeur de l’épave afin d’en recueillir le mobilier archéologique du dépotoir portuaire dans lequel est implantée l’épave. Nous manquons également de temps pour effectuer la tranchée qui était prévue pour nous permettre d’effectuer une coupe transversale de la fermeture du caisson avec les pierres de chargement en place et d’ensuite dégager ces pierres, couche par couche, en les comptant afin de pouvoir procéder à des extrapolations sur leur nombre présumé dans la totalité du caisson. Néanmoins, le caisson est tout de même à présent délimité et nous devrions pouvoir faire des premiers calculs sur l’estimation du poids du chargement transportée par le chaland.

Par ailleurs, à l’avant de la fermeture du caisson un ensemble de pièces appartenant à la structure du chaland a été mis au jour. Une pièce de forte dimension (BA) (40 cm de large sur 12,5cm d’épaisseur) se trouve encastrée à mi-bois dans la courbe recevant la planche verticale de fermeture du caisson. Cette pièce se trouve également soutenue, toujours grâce à un aménagement à mi-bois, par une serre-bauquière (S1) (12 cm de large pour une épaisseur de 8 cm) qui est directement clouée dans le flanc du bateau.

CNRS/CCJ, Ch. Durand
CNRS/CCJ, Ch. Durand
CNRS/CCJ, Ch. Durand

Compte-tenu de sa position et surtout de ses dimensions, il nous a paru judicieux d’identifier cette pièce non comme un simple barrot, mais véritablement comme un banc transversal (BA). La présence en renfort d’une courbe de banc (BAR1), d’un mètre de long environ et qui relie, par cloutage, le banc et le flanc du chaland, renforce cette idée d’un élément transversal d’importance. Il pourrait ainsi s’agir du banc d’étambrai. Destiné à maintenir le mât, au niveau du livet dans le sens longitudinal, cette pièce est généralement  très solide afin de supporter les efforts importants qui lui sont appliqués.

.

Encore une fois pris par le temps, cet ensemble ayant été découvert en fin de fouille, cette pièce n’a pu être dégagée, ne serait-ce que de moitié, pour vérifier cette hypothèse. Il s’agit dans tous les cas d’une découverte remarquable qui mérite une prochaine campagne qui lui soit entièrement consacrée.

Objectif n°1 atteint

Le premier objectif de la mission 2010 qui était de démonter les aménagements internes de la partie centrale (comprise entre les membrures M102 et M112) pour accéder à la structure primaire du chaland (sole et membrure) a d’ores et déjà été atteint. La planimétrie de la première couche du plancher de cale ayant été réalisée en 2009, les prélèvements destinés aux analyses dendrochronologiques ont été effectués in situ avant que les vaigres ne soient déplacées vers l’arrière de l’épave, enveloppées dans du tissu géotextile pour être protégées.

© CNRS/CCJ, Ch. Durand

Une fois ces planches démontées, quelques vaigres, situées en deuxième couche, sont apparues. Elles ont aussi été documentées de la même manière avant d’être déplacées. Entre les traverses (pièces transversales de section quadrangulaire disposées sur les membrures) et les membrures, sont alors apparues des pièces longitudinales courant entre M112 et M108, pour la première appelée l1 pour longeron 1, et entre M110 et M103, pour la seconde appelée l2 pour longeron 2. Ces pièces pourraient avoir eu pour fonction de soutenir les traverses et leur éviter un cintrage trop important dû au poids du chargement.

© CNRS/CCJ, Ch. Durand



Une fois les traverses dessinées in situ, celles-ci ont aussi été démontées et remontées à terre pour y être observées et photographiées. Outre le fait que la plupart de ces pièces sont ployées, on remarque, sur leur face supérieure, les empreintes de la dépose des vaigres et par endroits des traces de la désagrégation partielle des pierres du chargement ; sur leur face inférieure, on retrouve la marque du passage des longerons. Des traces d’outils, scie et herminette, ainsi qu’un graffito ont aussi été repérées.

©CNRS/CCJ, Ch. Durand

Avant d’entreprendre les observations et le relevé planimétrique de la zone de l’épave ainsi dégagée, la coque a d’abord été nettoyée au moyen d’aspirateur à sédiment et le marquage a été complété. Les joints entre les planches de la sole ont été repérés par du fil de fer gainé de plastique blanc, nous permettant ainsi de compléter l’étiquetage de ces planches par les numéros déjà précédemment donnés : B1, B3 et B4 pour bordage et BM1 et BM2 pour bouchain monoxyle de transition.

© CNRS/CCJ, Ch. Durand

La coque ainsi nettoyée et marquée, les relevés planimétriques de la sole et de la membrure ont pu être réalisés. Sous l’eau, la mise en place d’un axe de référence, situé longitudinalement dans la partie médiane de la coque, nous a permis ensuite, lors de la mise au net effectuée à terre, de recaler les deux planimétries.
Cette planimétrie générale a été complétée avec le relevé de la coupe transversale de la membrure M112 ainsi que par le complément du relevé en élévation du flanc Fl2 situé du côté du lit du fleuve.
Des enregistrements supplémentaires (concernant les trous d’anguillers situés de part et d’autre de chaque membrure, le positionnement des clous sur le dos des membrures, etc…) et des observations viennent compléter cette documentation.

Le travail actuellement effectué sur cette partie de l’épave, pour en achever la documentation, porte sur toute une série de photographies. Les premières doivent servir à réaliser une couverture photographique de la coque et sont réalisées par Christine Durand (CNRS/CCJ) tandis que les secondes doivent servir à une restitution photogrammétrique et sont réalisées par Jean-Luc Verdier (Arkaeos) et Olivier Bianchimani (EcoSubMéditerranée) qui va également en assurer l’exploitation pour le laboratoire LSIS (CNRS/Aix-Marseille Université). Pour aider à la restitution d’un modèle en trois dimensions, des repères ont été placés sur l’épave. Ainsi, outre les fils de fer gainés de blanc marquant les joints des planches de la sole, des punaises, rouges et blanches, ont été placées de part et d’autre des clous des membrures.

© CNRS/CCJ, Ch. Durand

Une fois tout ce travail effectué, il restera à effectuer les derniers prélèvements destinés aux analyses dendrochronologiques sur les planches de sole et les membrures avant que cette partie de l’épave ne soit définitivement refermée.

PAGE

PAGE  2

Démontage du vaigrage et dégagement du flanc bâbord

Le travail archéologique, sur l’épave, suit pour le moment deux objectifs :

1)      démonter les aménagements internes de la partie centrale pour accéder à la structure primaire du chaland (sole et membrure) ;

2)      poursuivre le dégagement du flanc bâbord, en relation avec les pierres de chargement de la dernière couche, pour arriver à l’extrémité présumée du caisson.

Pour ce qui est du premier objectif, avant de procéder au démontage des pièces, il est nécessaire de les documenter et faire les prélèvements nécessaires pour les études dendrologiques. La documentation de cette zone a été réalisée en 2009 avec une planimétrie et des coupes transversales accompagnées de toute une série de photographies, tandis que les prélèvements, initiés en 2005, se poursuivent cette année. Les planches de vaigrage (ou plancher de cale) ayant déjà été documentées et échantillonnées n’ont pas été remontées en surface, comme nous pensions le faire au départ, mais déplacées vers l’arrière de l’épave et enveloppées dans du tissu géotextile afin d’être protégées. Étant donné la lenteur de l’avancée du travail, eu égard aux mauvaises conditions de plongée dans le Rhône, nous avons en effet choisi de privilégier, non pas une étude poussée du double plancher de cale, pour lesquels nous avons déjà récoltés bon nombre d’informations, mais l’étude de la structure même du chaland.

                      Planimétrie de la partie centrale (avec son plancher de cale amovible) et arrière de l’épave (DAO P. Poveda)
Vue de la cargaison de pierre reposant sur le plancher de cale amovible situé dans la partie centrale du chaland (c. CNRS/CCJ, Ch. Durand)
Vue du double plancher de cale reposant sur une traverse (c. CNRS/CCJ, Ch. Durand)

Pour atteindre le deuxième objectif, nous progressons difficilement et précautionneusement pour dégager le haut du flanc bâbord et essayer de trouver la fin du chargement de pierres. Le travail de fouille, à cet endroit, est en effet rendu complexe mais aussi dangereux en raison de la position du flanc situé dans le pendage de la berge et sous 60 cm de sédiment. Cette couche de recouvrement est constituée essentiellement par le dépotoir portuaire antique, dans lequel se trouve l’épave. Le matériel significatif découvert dans cette couche (cols et fonds d’amphores et de céramiques en particulier) est ainsi prélevé pour être inventorié et étudié à terre.

: Les VNF et le Rhône

Dans le cadre d’une convention passée entre les Voies Navigables de France (VNF) et Arkaeos, la fouille bénéficie cette année de la mise à disposition gracieuse, par les VNF, d’une vedette fluviale de 30 m de longueur, baptisée Le Rhône. Arrivé mercredi 07 juillet dernier, ce navire nous sert de base de travail flottante et de lieu de vie pour les journées de fouille. Nos bureaux sont ainsi installés à poste sur Le Rhône tandis que le Fleur de Cactus, ancien petit chalutier de 10 m de longueur, nous sert toujours de support technique de plongée.

©VNF/Ph.Robin

Pour nos actions de médiation, le Rhône est également mis à disposition des publics, tous les vendredis (09, 16 et 23 juillet), pour des balades fluviales organisées en relation avec le Musée départemental Arles antique et le Centre Permanent d’initiatives pour l’Environnement (CPIE Rhône-Pays d’Arles) (liens vers le site du musée). Ces sorties permettent de présenter les différents secteurs de fouille sur le Rhône ainsi que les navires et la navigation sur le fleuve à l’époque romaine et de nos jours (conférence à 3 voies données par Yann le Couviour, CPIE, P. Poveda, CCJ, et Didier Blanchon, VNF, commandant du Rhône).

©Arkaeos/S.Greck

L’arrivée du Rhône et le partenariat établi entre le MDDA et les VNF ainsi que la convention passée entre Arkaeos et les VNF a été marquée par une conférence de presse organisée par le MDAA.

Travail sur l’épave

Jusqu’à présent, les très mauvaises conditions de plongée dans le Rhône (visibilité quasi nulle et fort courant), liées aux apports d’alluvions et de sédiments chargés par la Durance et le Gardon, ne nous ont pas permis de progresser rapidement sur l’épave. Les plongées de la première semaine de juillet ont ainsi été consacrées à la mise en place du chantier (balisage sous l’eau), à la ré-ouverture  de l’épave (enlèvement des sacs de sable et des tissus géotextiles qui la protégeaient) et à la familiarisation des nouveaux fouilleurs aux plongées dans le fleuve avec masque facial.

@Arkaeos/J.L. Verdier

La semaine qui commence s’annonce plus clémente en terme de visibilité et devrait nous permettre de progresser bien plus vite avec enfin le véritable démarrage du travail archéologique sur l’épave. Des premières plongées ont ainsi été consacrées à la poursuite du dégagement du haut du flanc monoxyle situé côté berge, afin de découvrir la fin du chargement de pierres et donc l’extrémité supposée du caisson. La zone arrière de l’épave a également été ré-ouverte et est en cours de nettoyage. Les premiers éléments amovibles du caisson présumé (double plancher de cale et traverses) devraient ainsi pouvoir être remontées très prochainement pour être étudiées à terre et nous permettre d’accéder à la structure primaire de la coque (sole et charpente transversale).

@Arkaeos/J.L. Verdier

La fouille Arles-Rhône 3 reprend ce 1er juillet 2010



La fouille archéologique subaquatique de l’épave Arles-Rhône 3, actuellement en cours, a lieu du 1er au 30 juillet prochain. La fouille est conduite par l’association Arkaeos, en collaboration avec le Musée départemental Arles antique (MDAA), le Centre Camille Jullian (CCJ, laboratoire d’archéologie de l’Université de Provence-CNRS), l’Institut Méditerranéen d’écologie et de Paléoécologie (IMEP, Université Paul Cézanne-CNRS), le Centre Européen de Recherche et d’Enseignement en Géosciences de l’Environnement (CEREGE, CNRS-Université de Provence), le Centre Interrégional de Conservation et de Restauration du Patrimoine (CICRP, Marseille) et le Laboratoire des Sciences de l’information et des Systèmes (LSIS, Universités Aix-Marseille-Université Sud Toulon Var-CNRS).

Nos partenaires, pour 2010, sont le Ministère de la Culture et de la Communication, par l’intermédiaire du Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (DRASSM), le Conseil Général des B>ulle-or#em>Aes Ar=3SM),a Vamillt dm>ArlA), les Voies Navigables de France (VNM),a Frménératioe Frçuvaien d étudee et dS, poues Sous-MarnesFFERASSM), lG, roupl ds Recherces Archéologiqes Sous-MarineG(DRASRP, Marseillet ainsi que le Centre Permanent dI iniratives pour l’Environnement (CP)IE Rhôdu Pays d’Arlon e, leassociatiuesiléoon es V, lerelaoin, pou, lep seès médiatiS).

< gisploeer

< <.re  les memquel d, d’associaties Arkaes SabMaraP, Ma lourairp contable duropératiit, en charel d, de étalt Ar viructviale d,a i qnt 7/Sand S.GreNF, -3-rp contable duropération e, en charel uet prélèvemente et de l’étu xyldrologiqet de la coqnt r Jean-Luc VerdiGE,hetif dOropérati Hys pe buseEth <.re€un Archéoliqvs de Musée départemental Arles antiqs D nad Dja foNF, -3-rp contable duropératice, en charel d, d’étu e cérdrolatiqueule site et de le invediaire de mobilien Archéolatiqut provndantql,a a fouile) ;

<.re€in, photogphacer Christine Durace,ait Paavsocenturavs de Centre Camille Jullis P loaav. Pove10,supfacianise, et Ar viruct ce nviant Lstaeme Clubaqion,supfacianise- dans d’étu t de laopéramiqon eci qut Araïi qu,ai" claatiqnt Kr én Q juition,supfacianise- dans d’étu t nts , pairrt dBe atiqnt Aermtudtre Péroursocenturauve à lS-Université de Provence, eno-tittielon avec dS-Université dVdronesG trceSM),supfacianisavs dans d’étu tndu c meexe ér dive à l’époqu" claatiqnter

<.re€uairestaurcte, JaèmeCrawt fdes, ide vSandpaini 1eEth <.re  len Archéoliquet pfpreginques e J bieDezon, pa"mailleuexyldrolique,aiBe aemangeDeambndfs ;

<.re  ixoe étuuraise, et Ar Groloefs SeprcchogiG fombndce, eublcienve à lS-Université de Provenue,aiAmplchenaer Bpar xe ni 1e1ve à lS-Université deliar Ifs ;

<. re€ue étuuraar xendroitF, llliaL fosud ierrfs ;

<. re,quet pfpreginqueil d,a s plongfs BntegarBiarfacnoe,air ChrisliaBevrielfs ;

<. rer un charperort de énqueSgray Bntt sor aiS).

<<>

">© CNRS/C-, Ch. Durand

< Arles-Rhôneuse situ de rir l prqu,ndroqu, du fleuce, es adant dp c et dea 3 voen rapi N_01er (rouB1, B>ull-dues-RhôSM)e a éts découvequ, en 24p> an cours ds una megirt dcparun Archéolli qu,uIE Rhôdt conduite pan-LuLploes (DRASSin. Le campagn, po faia, lore rirquetivtiougef dr uv ni rs dépotoir portuaire antiquerifrche et , pairr,aie eaopéramiqvs dI 1er esinc pl de l’épa.ud Toujours dans le cadreuna megirrt de laparun Archéolli qNF,qixosxsnttvaise c es ensuisi été conduiues rir d’épad, afin de le sirorrochronologiqtemeNF,q30 ange,q3aisoe riat dc conservatio,aif d, essayer d,irt défirirugeap, ae ainili quet incipviaues. Ls premièosxsnttvai)e liea lie,ir7/2005, tousertnèsectiot dJ.LLploe,aie ea collaboration aveMifrcl Rsunlan (C12) pour d’étu t Ar viructvial,ai7/Sand S.Grees pour le étqu,q endrologiql,aie le reBan)e liea lie,ir7/26s, toujour, tousertnèsectiot dJ.LLploee maie cette foiainiooan)SabMaraP, Ma lol,aian)S. S.Gre.LL d’épad,es ensuise fair dr obaif dr uaisordageir7/2705, tousertnèsectioreBs joiqu,q)S. S.Grel,ai7.P, Ma lons. pfosu7/20S), l’épale fair dr obaif dr da fouillt ptogrammage sousertnèsectioreBs joiqu,q)SabMaraP, Ma lour7/Sand S.GreebaiD nad Dja foS).

Arles-RhôneS).

< arimosu76em05bais unichaq ri,q)t trè,q)2,50dent. ieles-ce ese situ demeaav45bai830 m dt pt focte, ursunda)r larpentpustaeielo,q)r l prqon, pa35°o,q)gîta.uÀ)r dexcebapgirt dr d"te prmilits Su(e le uelo, dég mne) que esfp, au pral,aiinc comèetteeloi-boie esglo (bgnement eexceieldaie riat dc conservatio,air d" e meial,questruructuitt ainsi qu,ques aménagements intern05b esison pcée.


<<>

p>L la zone da coqu, dég mn30 mas djà pressedc ierrp cdve à l"te prmilitt arrièrbait à la suudi,q)r la zone centrale dr un c Bld5baiu coeprdis une solc co" trqué,q)labordase, echênqnt ,quer boucharrt de tra satioe eahênqnt ,ques>flagea co" trqurrt dpidi-isplsacc monoxyse, ei-boi,q)s ra en sprélevuetBpa,quet Blanase, ei-boi,q) pressqixu), à d"tcebapgirt(ou pt-labos, itee iteb esisoahênqnt s unn charpente transversaiu cooposéeuna membrur-vp,iliquetrelque( Dépeos) e,q)n cobouB1 débgnement eahênqm>. auprq> a,q)e la zone arrièteelnts Grdatements ie aicteuB1a co" trqurrt d7/plercia,q) (dourraginternes de le sole e,q) qixoe vailnts amovibue(e rs ployées débgnement e pressqixSM)c ierrp cdldaie à lmostl>ausation dea zoia,q)cfosudtrbai,q)u travai, dbelqaunt. se,. auprq> a,q)e lépaogie centraleq)r d met Ausatiteelnts Grdatements interne, sona co" trqurrt dt traversNF, dr u (double plancher de cale e,q)n darlesxpl, sue(e e pressqixS)c ierrp cdndant pbntabtemeve à ls GrdatemeF, dr uu caissts amovib,qulaodit èseouvois unitur,q)n cargaison dr-bsacs ds pierrerecu cerrS).

<<>Sura fou c/ (MDer

Arles-Rhôneus arimosu76emi,q)itiliq res. Elel sértafrcht dons aun c Bldsusl>a -3osemageap, ae ainili que,que,a -3osemaaia, du rc Se-Gee oouB1LyonlS).

ulu,quès cne remev larpermi,quèra ieroura n splroloege baov qut du dépavtBpas un analysédibshLama)rs auxelda couu,qu40/50dapr. J.-C. L iaèsechercles urnse, es endrochronolonvtBpaF pr, drif Gui (b e (IMes) devraient nous permettM)evavec d’étu exu hr" rqu,qnti-boi,q)r d’épate,qut nouap porpa,quet prcosu sues rieertaotr, dabeluetage ntsrb3-r1s'util mnt coura n co"rurupgir,que cett met Ausation,eut-r être même e d urnut trS).

Arles-Rhôneus Aees. Elequtn socei la e i sable e Gértr, dr êtrap pt fori, afin dt nouap porpa,queinformatiues supplémentaires riel tys et Ar viructonal dc d met Ausaties. en reBaea litee d’étu ,que cettépale sa scérns dan,qdet pb clusai que prcldaqde, liées aua fluciences méInterraninqles rieera co"rurupgir qgea c Blduu,qui lSaRhônbai, d#em>AeesL d’épads,Arles-Rhônem> erArlIE Rhôd3uss dans eacadre d’una fouillt ptogrammage pr uctuelif, ncareve drrp vri,qu precarnges une étquexu hr" rqubairifrch, ds Enseignemena csntemevnotgraemeve dsexploitatio,qde3-ra coencebdti-boi,aiel ria mise eœcne t coura n co"rurupgirn hali qu, d’époqusl>a -3osemaalt ainsi quc dhini nèr,aie d’verrapgii,qui ln co"rurupgir,aie ds Grdatemei,quenvtys e,qubelqauner

Arli, on, plusuleudces vers detl czoia,q)e Cchd qu,éurvique,qu, teques pierre,que co"rurupgiS).

esirs e aprni d’épau), 3 r senrid ieles-cs dan, mde caoxaingis,e éphli qu coue cfipebr), taielsu,aoitatice(s,ulutpFc B>ul05bdtelsuu co, tai, afin d couvoit paop,ntte ,qde"te apoausatiues rieoroun nombra presums dansa totgbilit, du caisstt daielsu, dipension cos mevr êtr,a fvoiegrâenve à la missuloujou,que cett te prmilit.LLvgea di3-r1t ains baov su cos meva, lori tousrpebaaqu,uneunèrsvgeacuucols rielu, nrdau,quia n cargaisois,la pornn, parq)e c e desU un,ntestèrn cs eis,lansversauobse débgnement efrucprungrour dse prmilit, du caissts une foi) quivges pierre,une lis,lerénaus mevr prn (elev-rS).

a dr obaif dr u3-éleves e is mPats un,ai) Fc Boupes transversal.LLvgea prèvlremesNF couelsu analysexyldrologiqse,ais endrochronolos usNFobs mev débgnemen coursuile,uneuçnnen Syslusai qS).

Arle,aielntsassociatiuesiléoon es V, leL,e zoim>. at ptograefs ,ulue vieque, duchantiessqdes balades fluvialtee laroobse nnequot Didinqi, dr u docume mrq)uroura a fouilla coodibdt7/20e,ais untogBan)fr q),un afin da fouillt ptograrnn, co)eld2 07 juilles rielnti-ronds d#em>AeesP co)ree cBnsv)eldt ptograq),unenlue isusatise,aienlufpracs vprifs :

<<>http://www.a(rou-chans u.cg1ogfr/mdaa_cg1o/r04.jsp?key=s acs ves&t ,;t paqdi=2usgpan/a>

<<>isplg>Qctus usea dunicatintioviiptogphli qifs :gisploea>

<<>isplg>LploeL.urRsunlaM.urMa(rrorS. 7/29fsusgisploe TrchGl>a -Rosen wèsk “m>Arles-ama 3”m>.as pl-latt modirinsv)boriareuthArli(e Fran)m>.an plieppury)re pose.nfs BockissuR. edes–ss, <a -3osemaals,Arles-Rhôneuse ep,îa3-S).

<Arles-RhôneusAsecle,unritab-3oBan)inteusatirt, 77-28 oce. 7/28er Aiebin ProvenM)MMSHSM)e ep,îa3-S).

<a -3osemaals,Arles-Rhôneus <Arles-Rhôneusa -3osedtichdaesaomFth

<<>isplg>S.GrerS. e ep,îa3-usgisploe r :que matés -lailes'util mss dansa e co"rurupgir dn c Bld s,Arles-RhôneusAsecle,unritab-3oBan)inteusatirt, 77-28 oce. 7/28er Aiebin ProvenM)MMSHSM)e ep,îa3-S).

Publié le Laisser un commentaire suL la fouillm>Arles-Rhône)reeprend ce 1er juillet 2010gpan/a>gpan/ > /fooInter> h27" cla="omery-" tl ntp> p> Ae…a>

adenqss><>

p> p> , p> ,, p> , p>
,,, p>pm"tylitet"te-="ali:eelfent<>: d urn g/09ce squtnIntepprnnoco)s unLamanni q),un, lq rievavecod2 sép po),unf foiel t ptograrnn, duc e d sl>a -3osemale Arles-Rhôneu prdisprne e daua m uneait asrséa me cl pvlueimosu,unsqifv teqcouu(t Ar Grol usNFpvi Giebnavamanaemtgbini sNFdumissusale).gpan/a>

m"tylitet"te-="ali:eelfent<>Celu pre Cuaa)sevamuit trebmeprlistrèt paochainemen, lor,une l1stèrRemlamurq), dA Ar Groloe F fluvialeu BAouan RhRhô-SaRhônelv6em Mane Lyon où)s unlamonférencsevert dprnnepeSgbMaraP, Ma lourSghenaeS.GreneaiD nad Dja fo (s>
ouvoielvt ptograavea>)m>U un qixistèelamonférenc, durnepiD nad Dja fo eaiSgbMaraP, Ma longrou«e dseme satioLa de leuh

/a>gpan/veadenqss> U 5, mordageutn débgnemen prv dau-,qdissu,qui d"te prmilit, duc e d e situ demts amui, afin de étultteunlamu"teldoarae éphli queaielsue mnrdaaemtnts intern),unln atotpari, dbelqaunA, loonaiBanz-v ssute ces uus useeimle cou,uni tveielluf foiels… ;

p>/ p>
gpani" cla="e-uted-onur"gpani" cla="sccreen-reader-text">Publié le