Quelques objets rares du sondage

Les travaux effectués sur le sondage (carré Z 44) ont révélé, parmi le mobilier régulièrement mis au jour (amphores, autres céramiques, etc.), quelques objets aussi intéressants qu’inattendus. Nous avons notamment découvert, au sein des diverses couches stratigraphiques de ce carré, deux brosses, une hâche encore emmanchée ainsi qu’une petite boîte en bois (pyxide).

(Bol caréné en paroi fine de bétique avec décoration réticulé, mayet 38-b, environ 30-100 ap. jc)

Ce sondage nous permet d’observer la succession des dépôts sédimentaires recouvrant et entourant l’épave. La première couche (couche supérieure) est composée essentiellement de sable fin contenant de nombreux objets à la fois antiques et modernes. La couche 2 se caractérise par une faible épaisseur d’argile constituée de coquillages et d’algues tandis que la couche 3, également constituée d’argile, est beaucoup plus dense que la précédente et a pu être dégagée sur environ 50 cm d’épaisseur. La couche suivante n’a pas encore été atteinte.

La première des deux brosses a été découverte dans le fond d’un pot ; ce dernier est situé à l’interface des couches 2 et 3, au milieu du sondage. De forme carrée, la brosse se compose d’une base en bois d’un centimètre d’épaisseur environ, percée de petits trous dans lesquels sont inserrés des faisceaux de fibres traversant le bois de part et d’autre. L’un des côtés, pris dans la couche 2, est extrêmement bien conservé.

Dans la couche 3, une seconde brosse aux caractéristiques similaires a été trouvée le dernier jour de l’opération. Ces deux fragments retrouvés dans des couches et des emplacements différents correspondent vraisemblablement à deux individus.

Ces brosses peuvent être rapprochées d’exemplaires semblables trouvés sur le site de Vitudurum à Holtz (Suisse) à la période gallo-romaine.

La boîte en bois, de forme ovale, d’environ 6 cm sur 4 cm pour une hauteur de 3 cm, a aussi été retrouvée dans la couche 2. Celle-ci se compose d’un fond en bois de résineux d’environ un centimètre d’épaisseur et d’une paroi très fine, sans doute de l’écorce (de bouleau ?). Ces deux éléments sont assemblés par recouvrement à l’aide d’une ligature végétale.

Une autre boite en bois a été découverte dans le carré A43 mais ne présente pas les mêmes caractéristiques : sa paroi est plus épaisse avec une base arondie et une hauteur d’environ 6 centimètres.

Enfin, la hâche, qui a été retrouvée dans la couche 2, est constituée d’une lame en fer et d’un manche en bois. Celui-ci est toujours placé à l’intérieur de la douille où il a été bloqué à l’aide d’un coin en bois encore en place.

Laurent Claquin, Kevin Quillon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">