Démontage du vaigrage et dégagement du flanc bâbord

juillet 15, 2010 | Classé dans Non classé 

Le travail archéologique, sur l’épave, suit pour le moment deux objectifs :

1)      démonter les aménagements internes de la partie centrale pour accéder à la structure primaire du chaland (sole et membrure) ;

2)      poursuivre le dégagement du flanc bâbord, en relation avec les pierres de chargement de la dernière couche, pour arriver à l’extrémité présumée du caisson.

Pour ce qui est du premier objectif, avant de procéder au démontage des pièces, il est nécessaire de les documenter et faire les prélèvements nécessaires pour les études dendrologiques. La documentation de cette zone a été réalisée en 2009 avec une planimétrie et des coupes transversales accompagnées de toute une série de photographies, tandis que les prélèvements, initiés en 2005, se poursuivent cette année. Les planches de vaigrage (ou plancher de cale) ayant déjà été documentées et échantillonnées n’ont pas été remontées en surface, comme nous pensions le faire au départ, mais déplacées vers l’arrière de l’épave et enveloppées dans du tissu géotextile afin d’être protégées. Étant donné la lenteur de l’avancée du travail, eu égard aux mauvaises conditions de plongée dans le Rhône, nous avons en effet choisi de privilégier, non pas une étude poussée du double plancher de cale, pour lesquels nous avons déjà récoltés bon nombre d’informations, mais l’étude de la structure même du chaland.

                      Planimétrie de la partie centrale (avec son plancher de cale amovible) et arrière de l'épave (DAO P. Poveda)

Vue de la cargaison de pierre reposant sur le plancher de cale amovible situé dans la partie centrale du chaland (c. CNRS/CCJ, Ch. Durand)

Vue du double plancher de cale reposant sur une traverse (c. CNRS/CCJ, Ch. Durand)

Pour atteindre le deuxième objectif, nous progressons difficilement et précautionneusement pour dégager le haut du flanc bâbord et essayer de trouver la fin du chargement de pierres. Le travail de fouille, à cet endroit, est en effet rendu complexe mais aussi dangereux en raison de la position du flanc situé dans le pendage de la berge et sous 60 cm de sédiment. Cette couche de recouvrement est constituée essentiellement par le dépotoir portuaire antique, dans lequel se trouve l’épave. Le matériel significatif découvert dans cette couche (cols et fonds d’amphores et de céramiques en particulier) est ainsi prélevé pour être inventorié et étudié à terre.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Comments

Leave a Reply





Carnets de recherche