Objectif n°1 atteint

juillet 28, 2010 | Classé dans Non classé 

Le premier objectif de la mission 2010 qui était de démonter les aménagements internes de la partie centrale (comprise entre les membrures M102 et M112) pour accéder à la structure primaire du chaland (sole et membrure) a d’ores et déjà été atteint. La planimétrie de la première couche du plancher de cale ayant été réalisée en 2009, les prélèvements destinés aux analyses dendrochronologiques ont été effectués in situ avant que les vaigres ne soient déplacées vers l’arrière de l’épave, enveloppées dans du tissu géotextile pour être protégées.

© CNRS/CCJ, Ch. Durand

Une fois ces planches démontées, quelques vaigres, situées en deuxième couche, sont apparues. Elles ont aussi été documentées de la même manière avant d’être déplacées. Entre les traverses (pièces transversales de section quadrangulaire disposées sur les membrures) et les membrures, sont alors apparues des pièces longitudinales courant entre M112 et M108, pour la première appelée l1 pour longeron 1, et entre M110 et M103, pour la seconde appelée l2 pour longeron 2. Ces pièces pourraient avoir eu pour fonction de soutenir les traverses et leur éviter un cintrage trop important dû au poids du chargement.

© CNRS/CCJ, Ch. Durand



Une fois les traverses dessinées in situ, celles-ci ont aussi été démontées et remontées à terre pour y être observées et photographiées. Outre le fait que la plupart de ces pièces sont ployées, on remarque, sur leur face supérieure, les empreintes de la dépose des vaigres et par endroits des traces de la désagrégation partielle des pierres du chargement ; sur leur face inférieure, on retrouve la marque du passage des longerons. Des traces d’outils, scie et herminette, ainsi qu’un graffito ont aussi été repérées.

©CNRS/CCJ, Ch. Durand

Avant d’entreprendre les observations et le relevé planimétrique de la zone de l’épave ainsi dégagée, la coque a d’abord été nettoyée au moyen d’aspirateur à sédiment et le marquage a été complété. Les joints entre les planches de la sole ont été repérés par du fil de fer gainé de plastique blanc, nous permettant ainsi de compléter l’étiquetage de ces planches par les numéros déjà précédemment donnés : B1, B3 et B4 pour bordage et BM1 et BM2 pour bouchain monoxyle de transition.

© CNRS/CCJ, Ch. Durand

La coque ainsi nettoyée et marquée, les relevés planimétriques de la sole et de la membrure ont pu être réalisés. Sous l’eau, la mise en place d’un axe de référence, situé longitudinalement dans la partie médiane de la coque, nous a permis ensuite, lors de la mise au net effectuée à terre, de recaler les deux planimétries.
Cette planimétrie générale a été complétée avec le relevé de la coupe transversale de la membrure M112 ainsi que par le complément du relevé en élévation du flanc Fl2 situé du côté du lit du fleuve.
Des enregistrements supplémentaires (concernant les trous d’anguillers situés de part et d’autre de chaque membrure, le positionnement des clous sur le dos des membrures, etc…) et des observations viennent compléter cette documentation.

Le travail actuellement effectué sur cette partie de l’épave, pour en achever la documentation, porte sur toute une série de photographies. Les premières doivent servir à réaliser une couverture photographique de la coque et sont réalisées par Christine Durand (CNRS/CCJ) tandis que les secondes doivent servir à une restitution photogrammétrique et sont réalisées par Jean-Luc Verdier (Arkaeos) et Olivier Bianchimani (EcoSubMéditerranée) qui va également en assurer l’exploitation pour le laboratoire LSIS (CNRS/Aix-Marseille Université). Pour aider à la restitution d’un modèle en trois dimensions, des repères ont été placés sur l’épave. Ainsi, outre les fils de fer gainés de blanc marquant les joints des planches de la sole, des punaises, rouges et blanches, ont été placées de part et d’autre des clous des membrures.

© CNRS/CCJ, Ch. Durand

Une fois tout ce travail effectué, il restera à effectuer les derniers prélèvements destinés aux analyses dendrochronologiques sur les planches de sole et les membrures avant que cette partie de l’épave ne soit définitivement refermée.

PAGE

PAGE  2


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Comments

Leave a Reply