Objectif n°2 pratiquement atteint

août 3, 2010 | Classé dans Non classé 

Le deuxième objectif de la mission 2010, qui portait sur la fouille et le relevé de l’extrémité du caisson présumé qui contenait la cargaison de pierres calcaires, a pratiquement été atteint. En continuant de dégager la partie sommitale du demi-tronc monoxyle constituant le flanc bâbord (situé côté berge) ainsi que les pierres attenantes constituant la dernière couche du chargement, nous sommes finalement arrivés à atteindre l’extrémité de ce chargement et à trouver la fermeture du caisson. L’hypothèse que nous avions émise, il y a deux ans, de l’existence d’un caisson destiné à recevoir et à contenir la lourde cargaison de pierres est en effet validée par la découverte, exceptionnelle, de la planche de fermeture de ce dispositif dans la partie avant.

CNRS/CCJ, Ch. Dirand

CNRS/CCJ, Ch. Durand

Cette pièce, de 3,6 cm d’épaisseur, est encastrée, de façon verticale, dans une glissière pratiquée sur le dos d’une courbe elle-même fixée au moyen de clous dans le flanc du bateau. Nous manquons cependant à présent de temps pour étendre le sondage, comme nous souhaitions le faire, sur toute la largeur de l’épave afin d’en recueillir le mobilier archéologique du dépotoir portuaire dans lequel est implantée l’épave. Nous manquons également de temps pour effectuer la tranchée qui était prévue pour nous permettre d’effectuer une coupe transversale de la fermeture du caisson avec les pierres de chargement en place et d’ensuite dégager ces pierres, couche par couche, en les comptant afin de pouvoir procéder à des extrapolations sur leur nombre présumé dans la totalité du caisson. Néanmoins, le caisson est tout de même à présent délimité et nous devrions pouvoir faire des premiers calculs sur l’estimation du poids du chargement transportée par le chaland.

Par ailleurs, à l’avant de la fermeture du caisson un ensemble de pièces appartenant à la structure du chaland a été mis au jour. Une pièce de forte dimension (BA) (40 cm de large sur 12,5cm d’épaisseur) se trouve encastrée à mi-bois dans la courbe recevant la planche verticale de fermeture du caisson. Cette pièce se trouve également soutenue, toujours grâce à un aménagement à mi-bois, par une serre-bauquière (S1) (12 cm de large pour une épaisseur de 8 cm) qui est directement clouée dans le flanc du bateau.

CNRS/CCJ, Ch. Durand

CNRS/CCJ, Ch. Durand

CNRS/CCJ, Ch. Durand

Compte-tenu de sa position et surtout de ses dimensions, il nous a paru judicieux d’identifier cette pièce non comme un simple barrot, mais véritablement comme un banc transversal (BA). La présence en renfort d’une courbe de banc (BAR1), d’un mètre de long environ et qui relie, par cloutage, le banc et le flanc du chaland, renforce cette idée d’un élément transversal d’importance. Il pourrait ainsi s’agir du banc d’étambrai. Destiné à maintenir le mât, au niveau du livet dans le sens longitudinal, cette pièce est généralement  très solide afin de supporter les efforts importants qui lui sont appliqués.

.

Encore une fois pris par le temps, cet ensemble ayant été découvert en fin de fouille, cette pièce n’a pu être dégagée, ne serait-ce que de moitié, pour vérifier cette hypothèse. Il s’agit dans tous les cas d’une découverte remarquable qui mérite une prochaine campagne qui lui soit entièrement consacrée.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Comments

Leave a Reply





Carnets de recherche