Découverte d'une inscription peinte : une véritable étiquette commerciale.

août 3, 2010 | Classé dans Non classé 

Un col d’amphore en provenance de Bétique (Espagne du sud) a été découvert dans la couche de recouvrement de l'épave.

© Ethel Bouquin

Celui-ci présentait de nombreuses inscriptions peintes qui ont livré de précieux renseignements sur la nature du produit transporté, la qualité, la quantité et également sur l’identité du négociant, un certain Lucius Urittius Verecundus
On peut ainsi lire :
Ligne 1 : LACC[…] que l’on peut interpréter comme Laccatum. L’identification du produit demeure incertaine ( A. Tchernia 1967, p. 226 ; U. Ehmig 2009, p.74). Cette forme d’amphore, qualifiée de Beltran IIB ou Pélichet 46, contient le plus souvent des conserves de poissons. Pourtant le dictionnaire le Gaffiot renvoie ce terme à une inscription (C.I.L IV, 5642) mentionnant du « laccatum° et tinc(tum) vet(us) » c’est à dire du vin teinté et vieux. Doit-on y voir par conséquent une amphore au contenu polyvalent (vin et/ou sauce de poissons) ou tout simplement un palimpseste ?
Ligne 2 : E[…] Par comparaison la tentation est grande de développer par E(xcellens)
Ligne 3 : Sumaur() Critère de qualité, un premier choix que l’on pourrait comparer avec beaucoup de prudence à « summum » ou pourquoi à « must »
Ligne 4 : AAAA  Les quatre A signifie 4 ans d’âge
Ligne 5 : CCLXXXXV Le chiffre 295 correspond au poids de l’amphore pleine c'est-à-dire 295 x 0,327 livre  = 96,46 Kg
Ligne 6 : L.URITTI.VERECUNDI Le négociant Lucius Urittius Verecundus .

Nous savons, notamment grâce à Bernard Liou, que depuis l’époque claudienne la famille gauloise des Uritti, officiait en Narbonnaise en tant que  négociants en produits de Bétique (Colls et alii 1977, p. 74°). Plus tard, à l’époque flavienne (fin Ier s.), 9 amphores de Bétique découvertes à Mayence et une autre localisée à Augusta Rauricum (Suisse) portent encore le nom des URITTI : il s’agit ici de notre négociant, Lucius Urittius Verecundus. L’interprétation des inscriptions peintes primaires et secondaires, réalisée par S. Martin-Kilcher, nous apprend que ce dernier commercialisait des produits de Bétique - tels que le thon (cordyla) et ce fameux laccatum -  jusqu’à la province rhénane de l’Empire romain. (Martin-Kilcher 2002). Si les Uritti semblent disparaître au IIème siècle, il est intéressant de noter qu’une stèle funéraire datée de cette période et érigée par un certain L.Urittius Avitus a été retrouvée dans la région d’Arles (Gascou 2000, S. Martin Kilcher 2002).  Peut-on y voir le petit fils de notre négociant ? Compte tenu du suivi commercial de ces amphores sur d’aussi longues distances, il n’y aurait rien d’étonnant à ce qu’un proche collaborateur des Uritti se soit installé dans cette zone de rupture de charge que constitue Arles. Il faut espérer découvrir d’autres inscriptions peintes et, pourquoi pas, une nouvelles stèle funéraire concernant cette famille…

Bibliographie indicative :

Colls et alli 1977, L’épave Port Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude,  (Archaeonautica I), Éditions du CNRS.
Gascou 2000, Le gentilice Urittius, fans Zeitschr. Papyriologie und Epigraphik, 130, p. 223-237.
Martin-Kilcher 2002, Lucius Urittius Verecundus, négociant à la fin du Ier siècle, et sa marchandise à Mayence dans Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens (Archéologie et histoire romaine, 8), Éditions Monique Mergoil, p. 343-353.
Tchernia 1967, Les amphores romaines et l'histoire économique, Journal des savants, 1967, vol. 4, n° 1, p. 216-234.
Ulricke 2009, Le cas de quelques inscriptions peintes dans César, Le Rhône pour mémoire, 2009, p. 274-276.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Comments

Leave a Reply