: Les VNF et le Rhône

juillet 13, 2010 | Classé dans Non classé 

Dans le cadre d’une convention passée entre les Voies Navigables de France (VNF) et Arkaeos, la fouille bénéficie cette année de la mise à disposition gracieuse, par les VNF, d’une vedette fluviale de 30 m de longueur, baptisée Le Rhône. Arrivé mercredi 07 juillet dernier, ce navire nous sert de base de travail flottante et de lieu de vie pour les journées de fouille. Nos bureaux sont ainsi installés à poste sur Le Rhône tandis que le Fleur de Cactus, ancien petit chalutier de 10 m de longueur, nous sert toujours de support technique de plongée.

©VNF/Ph.Robin

Pour nos actions de médiation, le Rhône est également mis à disposition des publics, tous les vendredis (09, 16 et 23 juillet), pour des balades fluviales organisées en relation avec le Musée départemental Arles antique et le Centre Permanent d’initiatives pour l’Environnement (CPIE Rhône-Pays d’Arles) (liens vers le site du musée). Ces sorties permettent de présenter les différents secteurs de fouille sur le Rhône ainsi que les navires et la navigation sur le fleuve à l’époque romaine et de nos jours (conférence à 3 voies données par Yann le Couviour, CPIE, P. Poveda, CCJ, et Didier Blanchon, VNF, commandant du Rhône).

©Arkaeos/S.Greck

L’arrivée du Rhône et le partenariat établi entre le MDDA et les VNF ainsi que la convention passée entre Arkaeos et les VNF a été marquée par une conférence de presse organisée par le MDAA.

Travail sur l’épave

Jusqu’à présent, les très mauvaises conditions de plongée dans le Rhône (visibilité quasi nulle et fort courant), liées aux apports d'alluvions et de sédiments chargés par la Durance et le Gardon, ne nous ont pas permis de progresser rapidement sur l’épave. Les plongées de la première semaine de juillet ont ainsi été consacrées à la mise en place du chantier (balisage sous l’eau), à la ré-ouverture  de l’épave (enlèvement des sacs de sable et des tissus géotextiles qui la protégeaient) et à la familiarisation des nouveaux fouilleurs aux plongées dans le fleuve avec masque facial.

@Arkaeos/J.L. Verdier

La semaine qui commence s’annonce plus clémente en terme de visibilité et devrait nous permettre de progresser bien plus vite avec enfin le véritable démarrage du travail archéologique sur l’épave. Des premières plongées ont ainsi été consacrées à la poursuite du dégagement du haut du flanc monoxyle situé côté berge, afin de découvrir la fin du chargement de pierres et donc l’extrémité supposée du caisson. La zone arrière de l’épave a également été ré-ouverte et est en cours de nettoyage. Les premiers éléments amovibles du caisson présumé (double plancher de cale et traverses) devraient ainsi pouvoir être remontées très prochainement pour être étudiées à terre et nous permettre d’accéder à la structure primaire de la coque (sole et charpente transversale).

@Arkaeos/J.L. Verdier


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Comments

Leave a Reply





Carnets de recherche