Découverte d’une inscription peinte : une véritable étiquette commerciale.

Un col d’amphore en provenance de Bétique (Espagne du sud) a été découvert dans la couche de recouvrement de l’épave.

© Ethel Bouquin

Celui-ci présentait de nombreuses inscriptions peintes qui ont livré de précieux renseignements sur la nature du produit transporté, la qualité, la quantité et également sur l’identité du négociant, un certain Lucius Urittius Verecundus
On peut ainsi lire :
Ligne 1 : LACC[…] que l’on peut interpréter comme Laccatum. L’identification du produit demeure incertaine ( A. Tchernia 1967, p. 226 ; U. Ehmig 2009, p.74). Cette forme d’amphore, qualifiée de Beltran IIB ou Pélichet 46, contient le plus souvent des conserves de poissons. Pourtant le dictionnaire le Gaffiot renvoie ce terme à une inscription (C.I.L IV, 5642) mentionnant du « laccatum° et tinc(tum) vet(us) » c’est à dire du vin teinté et vieux. Doit-on y voir par conséquent une amphore au contenu polyvalent (vin et/ou sauce de poissons) ou tout simplement un palimpseste ?
Ligne 2 : E[…] Par comparaison la tentation est grande de développer par E(xcellens)
Ligne 3 : Sumaur() Critère de qualité, un premier choix que l’on pourrait comparer avec beaucoup de prudence à « summum » ou pourquoi à « must »
Ligne 4 : AAAA  Les quatre A signifie 4 ans d’âge
Ligne 5 : CCLXXXXV Le chiffre 295 correspond au poids de l’amphore pleine c’est-à-dire 295 x 0,327 livre  = 96,46 Kg
Ligne 6 : L.URITTI.VERECUNDI Le négociant Lucius Urittius Verecundus .

Nous savons, notamment grâce à Bernard Liou, que depuis l’époque claudienne la famille gauloise des Uritti, officiait en Narbonnaise en tant que  négociants en produits de Bétique (Colls et alii 1977, p. 74°). Plus tard, à l’époque flavienne (fin Ier s.), 9 amphores de Bétique découvertes à Mayence et une autre localisée à Augusta Rauricum (Suisse) portent encore le nom des URITTI : il s’agit ici de notre négociant, Lucius Urittius Verecundus. L’interprétation des inscriptions peintes primaires et secondaires, réalisée par S. Martin-Kilcher, nous apprend que ce dernier commercialisait des produits de Bétique – tels que le thon (cordyla) et ce fameux laccatum –  jusqu’à la province rhénane de l’Empire romain. (Martin-Kilcher 2002). Si les Uritti semblent disparaître au IIème siècle, il est intéressant de noter qu’une stèle funéraire datée de cette période et érigée par un certain L.Urittius Avitus a été retrouvée dans la région d’Arles (Gascou 2000, S. Martin Kilcher 2002).  Peut-on y voir le petit fils de notre négociant ? Compte tenu du suivi commercial de ces amphores sur d’aussi longues distances, il n’y aurait rien d’étonnant à ce qu’un proche collaborateur des Uritti se soit installé dans cette zone de rupture de charge que constitue Arles. Il faut espérer découvrir d’autres inscriptions peintes et, pourquoi pas, une nouvelles stèle funéraire concernant cette famille…

Bibliographie indicative :

Colls et alli 1977, L’épave Port Vendres II et le commerce de la Bétique à l’époque de Claude,  (Archaeonautica I), Éditions du CNRS.
Gascou 2000, Le gentilice Urittius, fans Zeitschr. Papyriologie und Epigraphik, 130, p. 223-237.
Martin-Kilcher 2002, Lucius Urittius Verecundus, négociant à la fin du Ier siècle, et sa marchandise à Mayence dans Vivre, produire et échanger : reflets méditerranéens (Archéologie et histoire romaine, 8), Éditions Monique Mergoil, p. 343-353.
Tchernia 1967, Les amphores romaines et l’histoire économique, Journal des savants, 1967, vol. 4, n° 1, p. 216-234.
Ulricke 2009, Le cas de quelques inscriptions peintes dans César, Le Rhône pour mémoire, 2009, p. 274-276.

Objectif n°2 pratiquement atteint

Le deuxième objectif de la mission 2010, qui portait sur la fouille et le relevé de l’extrémité du caisson présumé qui contenait la cargaison de pierres calcaires, a pratiquement été atteint. En continuant de dégager la partie sommitale du demi-tronc monoxyle constituant le flanc bâbord (situé côté berge) ainsi que les pierres attenantes constituant la dernière couche du chargement, nous sommes finalement arrivés à atteindre l’extrémité de ce chargement et à trouver la fermeture du caisson. L’hypothèse que nous avions émise, il y a deux ans, de l’existence d’un caisson destiné à recevoir et à contenir la lourde cargaison de pierres est en effet validée par la découverte, exceptionnelle, de la planche de fermeture de ce dispositif dans la partie avant.

CNRS/CCJ, Ch. Dirand
CNRS/CCJ, Ch. Durand

Cette pièce, de 3,6 cm d’épaisseur, est encastrée, de façon verticale, dans une glissière pratiquée sur le dos d’une courbe elle-même fixée au moyen de clous dans le flanc du bateau. Nous manquons cependant à présent de temps pour étendre le sondage, comme nous souhaitions le faire, sur toute la largeur de l’épave afin d’en recueillir le mobilier archéologique du dépotoir portuaire dans lequel est implantée l’épave. Nous manquons également de temps pour effectuer la tranchée qui était prévue pour nous permettre d’effectuer une coupe transversale de la fermeture du caisson avec les pierres de chargement en place et d’ensuite dégager ces pierres, couche par couche, en les comptant afin de pouvoir procéder à des extrapolations sur leur nombre présumé dans la totalité du caisson. Néanmoins, le caisson est tout de même à présent délimité et nous devrions pouvoir faire des premiers calculs sur l’estimation du poids du chargement transportée par le chaland.

Par ailleurs, à l’avant de la fermeture du caisson un ensemble de pièces appartenant à la structure du chaland a été mis au jour. Une pièce de forte dimension (BA) (40 cm de large sur 12,5cm d’épaisseur) se trouve encastrée à mi-bois dans la courbe recevant la planche verticale de fermeture du caisson. Cette pièce se trouve également soutenue, toujours grâce à un aménagement à mi-bois, par une serre-bauquière (S1) (12 cm de large pour une épaisseur de 8 cm) qui est directement clouée dans le flanc du bateau.

CNRS/CCJ, Ch. Durand
CNRS/CCJ, Ch. Durand
CNRS/CCJ, Ch. Durand

Compte-tenu de sa position et surtout de ses dimensions, il nous a paru judicieux d’identifier cette pièce non comme un simple barrot, mais véritablement comme un banc transversal (BA). La présence en renfort d’une courbe de banc (BAR1), d’un mètre de long environ et qui relie, par cloutage, le banc et le flanc du chaland, renforce cette idée d’un élément transversal d’importance. Il pourrait ainsi s’agir du banc d’étambrai. Destiné à maintenir le mât, au niveau du livet dans le sens longitudinal, cette pièce est généralement  très solide afin de supporter les efforts importants qui lui sont appliqués.

.

Encore une fois pris par le temps, cet ensemble ayant été découvert en fin de fouille, cette pièce n’a pu être dégagée, ne serait-ce que de moitié, pour vérifier cette hypothèse. Il s’agit dans tous les cas d’une découverte remarquable qui mérite une prochaine campagne qui lui soit entièrement consacrée.